L’installation de toits blancs, une solution aux îlots de chaleur urbains

Dans cet article, nos spécialistes en membranes pour toitures plates vous partagent plusieurs informations pertinentes sur différents sujets liés aux toits blancs. Vous y apprendrez notamment comment ceux-ci réduisent l’accumulation de chaleur et pourquoi ils s’avèrent une technologie de toiture avantageuse à bien des égards.

Que sont les îlots de chaleur urbains et comment se forment-ils?

Premièrement, commençons avec un peu de théorie sur la formation des îlots de chaleur.

Il faut tout d’abord savoir que le phénomène s’observe principalement en milieu urbain, ou le béton, la brique et le bitume sont présents en grande quantité. Dans certaines zones où ces matériaux sont omniprésents, les surfaces emmagasinent la chaleur provenant du rayonnement thermique plutôt que de la réfléchir.

Une fois la nuit tombée, ces matériaux chauffés par le soleil rediffusent cette chaleur accumulée, ce qui crée de gros écarts de température. Il est même fréquent que dans certains îlots de chaleur, l’écart de température dépasse les 10°C !

Aussi, il faut mentionner que certains matériaux utilisés pour installer ou réparer des toitures, notamment ceux de couleur foncée, contribuent à la formation d’îlots de chaleur, car ils absorbent la chaleur plutôt que de la réfléchir.

Les conséquences négatives des îlots de chaleur

Bien sûr, les effets des îlots de chaleur urbains n’apportent aucune retombée positive sur les zones sujettes à en développer.

Par exemple, les îlots de chaleur contribuent à la formation de smog, ce qui présente un problème de taille. Ils sont aussi pointés du doigt lorsque les habitants des grandes villes ressentent une sensation de chaleur accablante, de l’inconfort, des faiblesses, etc.

Comment les toits blancs peuvent-ils contribuer à réduire la formation d’îlots de chaleur?

Contrairement aux autres types de revêtement de toiture comme l’asphalte et le gravier, le toit blanc réfléchit les rayons du soleil plutôt que d’en absorber la chaleur. Pour cette raison, certains y voient une ultime solution pour lutter contre les îlots de chaleur.

Contenant des granules réfléchissantes de porcelaine blanche, les membranes de toiture élastomères de type EPDM utilisées dans la conception de toits blancs permettent une meilleure gestion des rayons solaires et de toute l’énergie thermique qu’ils renvoient. Cette propriété thermique protège les revêtements de toitures d’une immense accumulation de chaleur qui frappe la toiture et la membrane qui y est installée.

Et lorsque les toitures plates absorbent moins de chaleur, la température ambiante est réduite de manière considérable, ce qui améliore le confort des résidents du quartier.

Certains types de membranes sont-ils plus efficaces pour lutter contre les îlots de chaleur?

Absolument. Par exemple, la membrane Soprastar GR se distingue des autres toits blancs, grâce à son efficacité énergétique remarquable. À titre d’indication, elle propose un IRS (indice de réflectance solaire) de 90. Ce sont des résultats phénoménaux si l’on considère que le Conseil du bâtiment durable du Canada recommande l’installation de membranes dont l’IRS d’au moins 29.

Chez les couvreurs qui installent des toits blancs, c’est une membrane hautement considérée et qui est souvent recommandée aux propriétaires de bâtiments urbains pour réduire les îlots de chaleur.

D’autres avantages des toits blancs

Les avantages des toits blancs ne se limitent cependant pas à leur capacité à contrôler la formation d’îlots de chaleur. En effet, leurs propriétés les rendent performants, durables et écologiques.

Les toits blancs permettent des économies d’énergie considérables

Lorsqu’un toit absorbe la chaleur du soleil, celle-ci est ensuite transférée dans le bâtiment via un phénomène de conduction thermique. Cela signifie que la température intérieure sera plus chaude et que plus d’énergie sera nécessaire pour climatiser les pièces.

En réfléchissant le soleil, un toit blanc empêche la chaleur de s’accumuler sur le toit et de se diffuser dans les matériaux connexes. Le bâtiment est plus frais et, ce qui réduit les dépenses en électricité provenant du besoin de climatiser. C’est pourquoi il est possible d’affirmer que les toits blancs sont synonymes d’économies d’énergie… et d’argent !

Les toits blancs ont une durée de vie très intéressante

Il ne faut pas oublier que le rôle principal d’une toiture est de protéger une bâtisse contre les intempéries. Heureusement, les toits blancs sont très efficaces à ce chapitre, et pendant une très longue période.

La couleur blanche a un impact positif sur la durée de vie du toit, car elle empêche la membrane de surchauffer lorsqu’elle est soumise aux rayons du soleil. De plus, la membrane utilisée pour les toits blancs demeure très souple en hiver, gardant un coefficient d’élasticité de 300% à -40°C. Elle est aussi résistante aux déchirures pouvant résulter en des infiltrations d’eau.

Les toits blancs sont un support idéal pour la pose d’un toit végétalisé

Certaines membranes blanches forment un support idéal pour la pose d’un toit végétalisé. Évidemment, il faudra vérifier que la structure de la toiture est suffisamment solide avant de poser un toit vert, car celui-ci augmente la charge du toit.

Les toits blancs sont recyclables et limitent la production de déchets

Contrairement à bien des types de recouvrement de toitures, certains types de membranes pour toits blancs peuvent être recyclés.

Aussi, comme les membranes pour toits blancs sont des produits souvent plus durables que les membranes d’asphalte et gravier, leur utilisation contribue à la réduction des déchets dans les sites d’enfouissement.

En conclusion, comment résumer l’impact des toits blancs dans la lutte contre les îlots de chaleur urbains?

L’installation d’un toit blanc a des retombées très positives pour réduire les îlots de chaleur urbains. À une période où le souci de l’environnement et du bien-être individuel grimpe en flèche, cette solution se révèle une alternative de choix.

C’est pour toutes ces raisons que certains arrondissements des grandes villes, notamment Montréal, commencent à exiger la pose de toits blancs sur les nouveaux bâtiments à toit plat. Donc, bien que ce type de toiture ne soit pas encore obligatoire à l’échelle de la province et même du pays, sa popularité est croissante. Il n’y a qu’à se pencher sur ses performances énergétiques pour comprendre les raisons qui poussent les propriétaires à investir dans ce type de toiture.

Pour en savoir davantage sur les toits blancs et les autres alternatives de revêtements écologiques que vous propose Les Couvreurs Duro-Toit pour réduire les îlots de chaleur, contactez nos conseillers techniques dès aujourd’hui. Et si vous êtes à la recherche d’un prix pour un toit blanc, nous pourrons vous éclairer!

Saviez-vous que la formation d’îlots de chaleur en zones urbaines peut être contrée par l’installation de toits blancs? Leur mise en place sur les nouvelles constructions à toit plat est même devenue obligatoire dans certains arrondissements, notamment le quartier Rosemont-Petite-Patrie, à Montréal. C’est compréhensible puisque c’est une technologie accessible qui possède plusieurs avantages, autant pour les propriétaires que pour la population en général.

0 Commentaire(s)

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *