Toit cathédrale : Questions & Réponses

Par sa valeur esthétique et sa capacité à agrandir une pièce du premier coup d’oeil, le toit cathédrale est souvent le choix que privilégie bon nombre de consommateurs. D’ailleurs très populaire au Québec dans les années 1960, une multitude de demeures construites à cette époque se retrouvent aujourd’hui en proie à divers problèmes dus à l’ignorance de leurs précédents propriétaires.

Afin donc d’éclairer les points les plus nébuleux quant à l’entretien, l’aménagement et l’isolation des toits cathédrales, nos experts fournissent des réponses complètes aux interrogations les plus courantes à ce sujet. Donc, armez-vous de papier et d’un stylo et prenez des notes!

Pourquoi mes coûts de chauffage sont-ils si élevés?

Principe de sciences de base: l’air chaud a toujours tendance à s’élever et à se maintenir en hauteur. Les caractéristiques spécifiques des maisons aux toits cathédrales font alors en sorte que la chaleur se repartit de façon inégale à l’intérieur. De cette manière, les besoins de chauffage sont inévitablement accrus.

Vous désirez néanmoins réduire votre consommation d’énergie et ainsi diminuer substantiellement les coûts qui y sont rattachés? L’isolation de votre toit cathédrale est alors un incontournable. Il est recommandé à cet effet d’installer un isolant de haute performance dans l’entretoit conjointement à un système de ventilation de toiture. De cette manière, l’air circulera de façon plus fluide et la perte de chaleur sera alors moins importante, grâce à l’isolation adéquate de votre toit cathédrale.

Une autre solution, moins coûteuse, consiste à installer des ventilateurs au plafond. Toutefois, il est possible que cette alternative ne s’avère pas efficace à long terme, car elle contribue uniquement à aérer l’intérieur de la maison, sans contrer la précarité que suppose la mauvaise ventilation ou isolation d’un toit cathédrale.

Pourquoi la glace s’accumule-t-elle au bas de la toiture?

Les toits en pente (dont font partie les toits cathédrales) sont souvent sujets aux accumulations de neige. Avec un climat comme celui du Québec, il est nécessaire d’être attentif aux moindres surplus qui pourraient causer des dommages à la structure de votre habitation. En effet, si vous constatez des amoncellements inhabituels, ou encore ce que l’on appelle des barrières de glace, il est possible que l’étanchéité ou l’isolation de votre toit cathédrale subisse quelques lacunes. La présence de givre, des taches sur l’isolant, des coulisses sur les murs, de la moisissure ou de la peinture qui gondole, sont autant de signes précurseurs que l’isolation de votre toit cathédrale se dégrade.

Pour plus de précaution, faites déneiger votre toiture régulièrement. Vous éviterez ainsi la probabilité que des infiltrations importantes surviennent. Lorsque vos soupçons laissent présager le pire quant à l’isolation de votre toit cathédrale; il est impératif que vous consultiez immédiatement un expert, afin qu’il effectue une inspection complète de la structure.

Comment effectuer adéquatement l’isolation d’un toit cathédrale?

S’il s’agit d’une nouvelle construction, se référer à un expert qui vous présentera les dernières innovations en la matière est essentiel pour garantir la bonne isolation ainsi que la pérennité du système entier de votre toit cathédrale. Toutefois, si vous effectuez la réfection d’une demeure plus ancienne, la tâche peut s’avérer complexe.

Pour garantir une étanchéité optimale, il est souvent préférable d’agir d’abord à partir du toit. Ensuite, le choix des matériaux est essentiel. En ce qui a trait à l’isolant, la laine est un choix relativement commun, cependant il ne permet pas de combler pleinement l’espace entre celui-ci et les fermes de toits, engendrant parfois un phénomène de ponts thermiques. Dans le but d’éviter une telle problématique, le polyuréthane giclé est un choix à prioriser. Puis, sceller adéquatement les zones à risque, installer de nouveaux panneaux, solidifier la structure (au besoin), effectuer la pose d’un ventilateur adapté et choisir un revêtement qui réponde aux besoins de la toiture feront également partie des étapes à considérer pour améliorer adéquatement l’isolation de votre toit cathédrale.

Quel type de revêtement est-il préférable d’installer?

Il existe divers types de revêtement sur le marché. Évidemment, plusieurs aspects sont à considérer avant d’arrêter notre décision sur un produit particulier. Premièrement, l’esthétisme doit bien sûr être un facteur de premier ordre, afin de ne pas jurer avec le reste de l’édifice. Deuxièmement, la durabilité et la solidité du matériau doit être pris en compte; à cet effet, les toits en métal peint ou galvanisé possèdent une durée de vie de plus ou moins 50 ans! Ensuite, le désir d’être respectueux de l’environnement est une tendance qui ne cesse de croître, on optera alors pour des matériaux recyclables! Finalement, le prix est souvent un élément décisif pour plusieurs consommateurs. C’est pourquoi les bardeaux d’asphalte bénéficient d’une si grande popularité; car, ils conjuguent ces deux derniers aspects, en plus de contribuer à agrémenter esthétiquement la toiture de votre demeure.

Vous avez d’autres questions ou souhaitez bénéficier de conseils sur un sujet tout autre que celui de l’isolation de toits cathédrales? Consultez un expert couvreur ou contactez l’équipe de Les Couvreurs Duro-Toit sans attendre!

0 Commentaire(s)

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *